RECHERCHER ARTICLES


Vous avez besoin d'une réserve d'argent jusqu'à 4500 euros !


Articles > Assurances

L'assurance-vie


L'assurance-vie est le placement préféré des Français.

 

Il existe différents types de contrats et de produits d'assurance-vie.

 

Lumière sur les caractéristiques du contrat d'assurance-vie.



1. Une assurance sur la vie ?

La vocation première de l'assurance-vie est de garantir à l'assuré ou son ayant-droit le versement d'un capital ou d'une rente s'il vient à survivre ou à décéder.

Il existe néanmoins une différence de taille entre l'assurance en cas de décès, dite "assurance-décès", et l'assurance en cas de vie, qui est la seule à être vraiment une "assurance-vie".

2. Les supports de l'assurance-vie

Il existe deux types de contrats distincts :

a) Le contrat en euros

Les sommes placées sur un contrat en euros sont garanties par l'assureur. Il est donc impossible  de perdre de l'argent. Les sommes sont revalorisées chaque année avec un taux minimum garanti défini à la souscription et un taux variable défini au début de l'année suivante.

Si les risques sont inexistants, les gains sont en contrepartie limités.

b) Le contrat multi-supports

Le contrat multi-support est composé d'unités de compte constituées d'actifs financiers (généralement des fonds d'actions ou obligataires) qui sont déterminés par l'assureur.

Les risques pour l'assuré sont en revanche ici bien réels car les sommes versées ne sont pas garanties. Les gains peuvent cependant être importants en cas de placement judicieux.

3. Les frais

Les frais relatifs à une assurance-vie les plus souvent rencontrés sont estimés en pourcentage des sommes placées :

  • Frais d'entrée, payés à la souscription,
  • Frais de gestion, payés à l'année,
  • Frais d'arbitrage, payés en cas de changement de support dans le cadre d'un contrat multi-support.

4. Le régime fiscal de l'assurance-vie

A une époque très avantageux d'un point de vue fiscal, le régime de l'assurance-vie a depuis connu d'importantes restrictions.

 

Les plus-values tirées d'une assurance-vie sont imposées uniquement en cas de retrait total ou partiel des fonds.

 

L'imposition est calculée au prorata des sommes retirées : 20% des sommes retirées donneront lieu à une imposition de 20% des intérêts générés depuis la souscription.

A noter : Pour les contrats souscrits ou versement effectués depuis 1998, l'assuré a le choix entre l'intégration dans ses impôts sur le revenu ou un prélèvement libératoire.

A cette imposition s'ajoute également les prélèvements sociaux à hauteur de 11% pour 2006. Ils sont prélevés annuellement pour les contrats en euros et au moment du rachat pour les contrats multi-support (plus intéressant).

5. Comment en disposer ?

Il faut savoir qu'il n'existe aucun plafond de versement ni de minimum de retrait ou de versement.

6. Régime successoral pour les contrats d'assurance-vie

Le souscripteur doit désigner au moment de l'ouverture de son contrat d'assurance-vie un ou plusieurs bénéficiaires.

 

Ceux-ci perçoivent en cas de décès de l'assuré l'intégralité du capital avec :

  • si le contrat a été souscrit avant les 70 ans de l'assuré : une imposition forfaitaire de 20% et un abattement de 152 500 euros (chiffres 2006) par bénéficiaire.
  • si le contrat a été souscrit après les 70 ans de l'assuré : un régime fiscal classique dans la succession avec un abattement de 30 500 euros. Au delà, les droits de succession sont à payer (cela s'applique également aux versements effectués après les 70 ans du souscripteur).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment.




Commentaire provisoirement fermé.

©2008 Pole-finances.com

Liens - Flux rss des articles